Non classé

Prévention du cancer du côlon

6 juin 2019 By 0 Comments

Examens préventifs

L’examen préventif concerne les personnes qui ne présentent pas de problèmes spécifiques. On parle également de ‘screening’. Cet examen préventif est uniquement utile si :

  • la détection précoce donne des résultats ;
  • il existe une présomption raisonnable qu’une personne a développé ou développera la maladie.

Ces deux conditions sont essentielles pour le cancer du côlon. C’est pourquoi on étudie actuellement l’utilité du screening chez les personnes âgées de 50 ans et plus.

L’examen préventif peut se faire de différentes façons :

Analyse des selles

L’analyse des selles permet de détecter la présence de très petites quantités de sang dans les selles via un examen au microscope en laboratoire. Le sang peut parfois être détecté à l’œil nu, ce qui n’est pas le cas lorsque les quantités sont infimes ou lorsque le sang est mélangé au point de devenir occulte. Du sang dans les selles peut être le signe de présence de polypes ou de tumeurs dans le côlon, mais d’autres causes, bénignes, sont également possibles.

Si du sang est détecté dans vos selles, votre médecin discutera avec vous de la nécessité de procéder à d’autres examens. Le plus souvent, l’étape suivante consiste en un examen visuel par endoscopie.

L’analyse des selles présente l’avantage de ne pas perturber le patient. En revanche, cet examen ne porte pas spécifiquement sur les polypes et les tumeurs. La présence de sang peut également s’expliquer par des hémorroïdes, une fissure anale, une inflammation intestinale… voire un
saignement au niveau des gencives. D’autre part, les polypes et les tumeurs ne provoquent pas nécessairement de saignements (quotidiens). Le résultat peut donc être négatif même en présence de polypes ou de tumeurs.

Examen visuel du gros intestin

Cet examen visuel est également appelé endoscopie. Le médecin introduit un tuyau flexible dans l’intestin via l’anus. Pourvu d’un éclairage et d’une caméra, ce flexible appelé endoscope permet au médecin d’inspecter la paroi intérieure de l’intestin et donc de détecter la présence de polypes
et de tumeurs.

Lors d’une endoscopie, le médecin peut également procéder à de petites opérations. Il peut par exemple prélever une biopsie (une partie de tissu) d’une partie qu’il juge suspecte ou d’une tumeur. Ce prélèvement peut alors être analysé de manière plus poussée en laboratoire. Dans la plupart des cas, les polypes peuvent être retirés via une endoscopie.

La colonoscopie est un examen de l’ensemble du gros intestin. Lorsque le médecin inspecte uniquement la dernière partie du côlon (en forme de S), on parle de sigmoïdoscopie. La proctoscopie porte quant à elle uniquement sur le rectum.

L’endoscopie présente l’avantage d’offrir un examen particulièrement précis. Les polypes et les tumeurs peuvent être immédiatement détectés et les polypes sont généralement directement enlevées pendant l’examen. Lorsque le médecin détecte une tumeur, il effectue une biopsie (prélèvement d’un fragment de tissu) afin de déterminer par la suite, en laboratoire, s’il s’agit d’une tumeur bénigne ou maligne. L’endoscopie est en revanche nettement plus inconfortable pour la patient en comparaison avec l’analyse des selles. L’examen est également bien plus coûteux et plus compliqué à mettre en place à grande échelle.



0 Commentaires sur "Prévention du cancer du côlon"


Vous voulez partager votre avis ?

Votre adresse mail ne sera pas publiée. les champs obligatoires sont marqués avec un *

Laisser un commentaire